vendredi 10 juillet 2020 | plan du site | contact |
Accueil

> Patrimoine > Blason

/!\ RUBRIQUE EN CONSTRUCTION /!\ [02-2020]

Notre village sans armoiries ?!

Arrivé à Port-Mort fin 2002, je découvris rapidement que notre commune ne possédait pas d'armoiries, et donc pas de blason. Difficile à expliquer pour une commune dotée d'un passé historique non négligeable.
Le dossier de Christian LORDI publié dans l'édition de Juillet 2005 (N°.33) du Journal de Port-Mort nous a éclairé sur cette absence. En effet, comment arbitrer le choix d'un des blasons parmi ceux des sept familles qui ont le plus marqué l'histoire pormortaise ?
Alors, puisque rien n'empêche la commune de choisir ou de créer de toute pièce un blason - si ce n'est de vérifier qu'il n'est pas déjà en existence - pourquoi ne pas composer notre propre « logo », en tentant de synthétiser au sein d'un écu les points les plus typiques de notre village. La municipalité étant partante je me suis lancé - à titre bénévole - dans l'aventure avec la complicité de Christian Lordi.

Élaboration

Après réflexion, notre choix pouvait ainsi se porter sur les emblèmes héraldiques suivants :
• Le LÉOPARD, affichant notre incontournable appartenance à la Normandie ;
• Les FLEURS DE LYS, rappelant que Port-Mort fut jadis situé en terres royales et théâtre - à priori - d'un mariage royal ;
• Le CEP de vigne, dont la côte d'Anebault était jadis couverte - n'oublions pas que la vigne occupait une place d'importance dans l'agriculture locale du Moyen-Âge jusqu'au siècle dernier, preuve en sont les 88 vignerons parmi les 132 propriétaires terriens recensés en 1791. Du vin était encore produit jusqu'à la fin du XIXe siècle. Nous en avons gardé le chemins des Vignes (CR4) et aussi le chemin de Sous les Vignes ;
• La NEF, rappelant la présence de la Seine que remontèrent les Vikings jusqu'à nos rives, et l'existence des deux ports de commerce qui existaient encore jusqu'après la Révolution (Port à bois en bas de la rue Maillot et port à marchandises en bas de la rue du port).

Les couleurs retenues ne sont pas non plus le fruit du hasard:
• Le ROUGE du blason Normand;
• Le JAUNE du Lion Normand et du Lys de France;
• Le BLEU du blason de France.

L'Héraldique en quelques mots...

• Il convient tout d'abord de définir quatre mots que l'on a souvent tendance à confondre: l'écu, le blason, les armes et les armoiries.
- L'ÉCU est le bouclier qui sert de support à toute figuration;
- Le BLASON est le dessin des armes inscrites dans la forme de l'écu;
- Les ARMES sont des emblèmes héraldiques décorant indifféremment écu, bannière, tapisserie, vêtement, etc., sans être nécessairement inscrits dans la forme de l'écu;
- Le terme d'ARMOIRIES s'applique plus spécialement à l'écu accompagné de timbre, support, collier, devise, etc., ou bien à un ensemble d'écus.

• Le BLASONNEMENT est l'art de décrire un écu selon un langage conventionnel qui permet de comprendre sa composition sans avoir recours au dessin.

• ÉMAUX et MÉTAUX
L'Héraldique est née de la bataille, sur l'écu d'armes; le souci constant qui présidera au développement de cette science sera donc d'obtenir un dessin visible et reconnaissable de loin. D'où la première et principale loi, celle des Émaux et des Métaux.

Huit COULEURS sont seules employées en Héraldique :
1. Les ÉMAUX : Gueules (rouge), Azur (bleu), Sable (noir), Sinople (vert), pourpre et orange peu employées ;
2. Les MÉTAUX : Or (jaune) et Argent (blanc). La règle fondamentale est de ne pas mettre métal sur métal ni émail sur émail.

• FORME DE L'ÉCU
Les premiers écus eurent une forme ogivale ou arrondie ; l'Espagne conserva jusqu'à nos jours la pointe arrondie. En France, la forme ogivale prédomina. Le cumul des divisions au sein de la forme créa une difficulté car les figures devenaient impossibles à caser ; la pointe s'élargit alors pour donner une forme presque carrée qui prit le nom d'Écu Français Moderne(voir ci-contre).

• PARTITIONS
Lorsque plusieurs émaux forment le champ de l'écu, les divisions résultantes se nomment partitions, ou pièces honorables. Dans notre cas les divisions forment un écartelé, dont la lecture se fait selon l'ordre indiqué sur le dessin ci-contre.
Les partitions peuvent perdre leur caractère de pièces honorables lorsqu'elles sont modifiées pour devenir des meubles - voir ci-dessous - ; on parle alors de pièces honorables alésées; c'est notre cas avec les escarres « en 1 et 4 ».

• MEUBLES
Les meubles sont les emblèmes peuplant le blason. Lys, Lions, Aigles, Léopards et Croix sont les meubles les plus répandus de l'Héraldique, mais tous les animaux, les végétaux et presque tous les objets peuvent être représentés sur un blason, pour autant qu'ils soient dessinés d'une manière héraldique.

Dans notre cas, les meubles suivants occupent notre blason :
• Le LÉOPARD : il s'agit d'un lion marchant sur trois pattes, la quatrième étant dressée (on dit « passant ») et regardant de face ; il est animé, armé et lampassé - ses yeux, ses griffes et sa langue sont d'un émail différent de celui du corps.
• La FLEUR DE LYS est sans doute un des plus beau motifs héraldiques. Il est particulier à la France. À l'origine, il ne représente pas un lys stylisé, mais bien plutôt un fer de lance, l'angon des Francs avec ses deux crochets.
• Les navires, NEF - une voile - ou VAISSEAU - plusieurs voiles - sont dits habillés lorsqu'ils ont des voiles, et voguants s'ils sont posés sur une mer.
• Les végétaux, comme notre CEP, sont dits feuillés si la plante est ornée de feuilles, et fruités s'ils portent fruits.


Première version avec escarres
Le blasonnement de notre écu moderne se lit ainsi :
« Ecartelé,
au 1 et 4, de gueules aux deux léopards d'or animés, armés et lampassés d'azur,
aux escarres d'azur chargées de six fleurs de lys d'or,
au 2 d'or au cep de sable feuillé de sinople et fruité de gueules,
au 3 d'or à la nef de sable voguant habillée de gueules ».

Alain Clerfeuille